Photo

///Vue depuis l'entrée du jardin.


Photo

///Vue à l'intérieur de l'écrin sur la collection de lichens.





///Le projet

Sur l’une des parcelles du site du Festival international, un jardin extraordinaire est à planter. Le cahier des charges est exigeant.Les végétaux seront rares, peu connus, exceptionnels. Les plantes seront mises en scène de manière contemporaine, subtile et insolite. Bref, la composition devra surprendre, questionner, étonner, faire rêver.

Un jardin extraordinaire est pour nous l’occasion de renouveler notre regard sur l’ordinaire, sur ce qui ne se donne pas à voir, ce que l’on ne connaît que trop peu. Une plante qui étonne, qui intrigue, et qui pourtant se développe sous nos yeux. Une plan te insolite, discrète, secrète : le lichen. Mieux, une collection de lichens !

Comme pour la protéger de l’ordinaire, une installation sera placée au centre du jardin. Pour s’y rendre, les visiteurs devron t emprunter un chemin en résine gravillonnée formant un parcours, une boucle. Identique pour tous les usagers, le cheminement sera tracé à travers une végétation basse et dense composée de graminées, fougères, et parsemée d’une dizaine de bouleaux aux tronc s blanc pur. A l’arrière-plan, des arbustes aux teintes pourpres à noires, créeront un arrière-plan foncé afin de mettre en valeur l’installation, et dialogueront avec les heuchères et des fougères de climats tempérés originales et rustiques.

Constitué d’une structure métallique en échafaudage et habillé d’un voile blanc immaculé, l’écrin central dissimulera aux premiers abords la collection pour ensuite mieux la révéler, la laisser se dévoiler.

Le choix structurel de l’échafaudage permet de rendre accessible l’espace à tous et d’assurer une mise en œuvre simple et économique. Sa location durant la durée du festival limitera également la production de déchets, ce dispositif étant entièrement démontable et réutilisable. L’enveloppe en voile micro-perforée permettra une bonne tenue au vent de l’ensemble et garantira la durabilité de l’intervention. Au sol, un caillebotis métallique laqué permettra à tous les curieux de déambuler à travers cet espace tout en nuances de blancs.

Une collection de lichens à Chaumont ! Faire de cette étrange plante, résultant d’une symbiose entre un champignon et une algue, un véritable objet de contemplation. Conservés sur leurs écorces, les lichens formeront sur cinq troncs de bouleaux une composition aux multiples teintes, formes, tailles et textures. Souvent considérés comme un parasite, ils seront ici comme autant de sculptures élancées et attisant toutes les curiosités.

Derrière chaque collection, il y a un collectionneur. C’es tpour cette raison que les essences, les matières et les couleurs de ce jardin seront aussi déterminées grâce aux conseils avisés d’un groupe de passionnés : l’Association Française de Lichénologie. Nous rassemblerons une trentaine d’espèces de lichen : corticoles, folicoles, épiphytes, et bien d’autres encore. Maintenus sur leurs écorces, ces fragments végétaux peuvent vivre jusqu’a ̀ trois à quatre années : les teintes seront donc aussi vives du mois de Mai au mois d’Octobre. Ainsi préservés, ils seront classés, inventoriés puis assemblés de manière scientifique et plastique à la façon d’un « herbier » réinventé. Un système de brumisation permettra également de maintenir une certaine humidité nécessaire et propice à ces espèces.

Imprimées, les faces intérieures de l’installation serviront de support à la classification des espèces, leur lexique spécifique, leurs physiologies et critères de détermination. Le but du jeu sera alors simple : retrouver les espèces correspondantes sur les arbres ! Pour aider les plus joueurs, des loupes articulées leurs permettront d’observer de manière ludique ces drôles de spécimens. Et de se familiariser dans le même temps avec leurs propriétés, leurs milieux, leurs rôles, leurs utilisations : indicateurs de pollution, teintures, élaboration de médicaments, etc. A la fois interactif et pédagogique, ce jardin sera ainsi l’occasion de se découvrir des talents de « lichenologue » !

Seul au centre du jardin, le labo lichen trône, il intrigue. Un voile humide s’en échappe. Il se dit même qu’un curieux organisme y aurait proliféré...





Photo

///Plan masse.




Photo

///Coupe perspective.